Beramu Mag

Magazine de la Jeunesse Comorienne

ZOUBS MARS, le parcours d’un jeune prodige de la musique comorienne

Partager par amour

  ZOUBDOU Moctar de son vrai nom, ce jeune talent comorien qui éclore à l’exquise envoûtante et impressionnante est devenu un miroir artistique qui miroite la jeunesse et la musique comorienne. 

Aujourd’hui âgé de 21 ans, celui qui a grandi dans une famille dont les senteurs furent l’emprise agréable des notes musicales, était déjà ce minutieux grain d’espoir qu’on arrosait d’une pluie tournoyante de chansons de Toirab de son père Moctar ZOUBDOU mêlée de tendresse poétique des chansons populaires comoriennes chantées par sa grand-mère Toienti ABDOU. 

Il est donc fort bien naturel que l’artiste qu’il est devenu, trouve le goût dans la passion enivrante de la musique. 
À croire que, celui qui, d’une facilité acquise, au talent débordant, effleure maintenant les cordes des guitares avec finesse, tendresse et délicatesse a débuté ses premiers pas dans les instruments de musique par un simple clavier de piano à l’époque, lorsqu’il était en classe de quatrième avant de rencontrer son ami Fouad ,raconte-t-il :

 En classe de seconde, j’ai rencontré un ami, Fouad qui jouait à la guitare au quartier et ça m’a intéressé d’apprendre à jouer, j’ai trouvé magnifique lorsque je l’ai écouté jouer.

Si aujourd’hui, le prodige de Fomboni enchaîne ses chansons avec une aisance harmonieuse, aux sonorités fraîches et exaltantes ; l’aspect mélodieux de sa musique découle de sa voix douce et émotionnelle qui procure des sensations profondes, des impressions ondoyantes et des émotions plus vives et intenses entremêlées par la richesse culturelle de sa musique brodée aux rythmes de l’Afro-soûl. Pourtant, la star des jeunes avoue avoir hésité avant de se lancer à la chanson. 

J’essayais d’écrire quelques petites chansons en cachette et je n’osais pas chanter encore en public ; je n’avais pas confiance en ma voix ,  a-t-il dit.

Zoubs Mars de son surnom a déjà sorti son premier projet un EP (Extended Play) le 16 décembre 2017, un mini album qu’il a nommé «Mars#3 » en référence au mois de naissance de son meilleur ami né le 16 Mars, un mois qu’il a tant affecté parce qu’il lui a valu son surnom. 

Actuellement, le brillant étudiant qu’il est, est en 3e année licence en droit à la faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de l’université Abdelmalek Essaâd à Tanger et continue de bosser sur des singles qui nous émerveillent comme en témoigne son récent clip du son « Habibi » sorti il y a deux semaines, lequel il a collaboré avec Fly, un jeune artiste gabonais.

Le chanteur devenu célèbre à l’échelle nationale avec le morceau « Na Rende Ra Voti » qui a eu la chance inouïe de partager l’écran avec la légende iconique du rap comorien, Cheikh Mc a aussi eu l’occasion d’honorer un morceau intitulé « Rissi Mané » partagé avec l’ étoile étincelante de la musique comorienne, Goulam. « Mon objectif est de travailler et faire parti des meilleurs artistes de mon pays et Inch’allah au niveau international » nous a-t-il confié.

Houdheif Mdziani

  1. Tamani (Prod.Dj Liner Beats) Zoubs Mars 4:09
  2. Oublier (Prod.Dj Liner Beats) Zoubs Mars 2:17
  3. Rissi Mane ft Goulam (Prod.Goulam) Zoubs Mars 3:14
  4. Never Give Up (Prod.Dj Liner Beats) Zoubs Mars 3:35
  5. Trop Tard (Prod Dj Liner Beats) Zoubs Mars 3:08
  6. Nyora Yangou (Prod.Dj Liner Beats) Zoubs Mars 3:28
  7. Ma Lumiere (Prod.Dj Liner Beats) Zoubs Mars 2:53
  8. Replay ft Dj Liner (Prod.Dj Liner Beats) Zoubs Mars 3:12

Partager par amour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.