Beramu Mag

Magazine de la Jeunesse Comorienne

De l’espoir fulgurant au désespoir mordant 

Partager par amour

Quatre îles, un seul peuple, une équipe unie pour défendre les couleurs de notre drapeau ; les cœlacanthes nous animent par une seule passion le football. 

Une équipe qui ne cesse de croître au fil des jours, de compétition en compétition. Récemment tenu le champion d’Afrique en titre, le Cameroun de Seedorf par le score partagé de 1-1, nos verts ont cette fois-ci rivalisé à bras de fer contre les lions d’Atlas d’Hervé Renard jusqu’à la 95ème minute que l’arbitre décida de briser l’exaltation anticipée de toute une nation. 

Le Maroc a bel et bien gagné la possession de bal et au niveau des occasions trouvées mais les joueurs d’Amir Abdou sont remarqués par leur contre-attaque et leur sang-froid de construction dans leur camp pour faire circuler la balle jusqu’au camp adverse.

Toute était flamboyante, une ambiance électrique, des supporters qui ont fait vibrer le stade Mohamed V malgré leur infériorité numérique, un brillant espoir voltigeait sur les yeux de tout comorien jusqu’à ce qu’un penalty fut sifflé pour anéantir la joie d’un pays pendant le temps additionnel alors que les 5 minutes rajoutées se sont écoulées.

Et puis un silence vague tomba, une tristesse amère, envahissante, munie d’une fougue de colère a transporté tous les supporters des cœlacanthes vers un océan de rage, de déception et de dégoût. 

Leur numéro 11 Fajr a terminé cette scène de magouille orchestrée par l’arbitre Mauritanien Ali Lemghaifry en transformant son penalty d’un contre-pied. 

Houdheif

Crédit photo : FCF


Partager par amour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.