Beramu Mag

Magazine de la Jeunesse Comorienne

Amani : le titre d’une morsure de détresse

Partager par amour

C’est un frissonnement minutieux, une pluie apaisante de mots qui grêle recouvrir des cœurs tristes, endeuillés, meurtris par l’amertume et le désarroi du conflit.

La musique est attendrissante, du moins qu’elle semble l’être, mais cette fois-ci, loin de sa félicité et de son allégresse exaltante, ces quatre voix réunies aux douces notes du piano mêlées à la légèreté fine des cordes de la guitare procurent une affliction profonde qui prêche d’un espoir larmoyant le rétablissement de la paix dans l’île sœur d’Anjouan au sein de la capitale Mutsamudu, grand théâtre tragique où s’agitent balles, corps, cœurs et âmes. 

Le dialogue c’eût été l’arme la plus efficace que l’état aurait dû emprunter pour répondre face aux tensions avant que cette braise de manifestation ne s’ enflamme, brûle et devienne un incendie sanglant.

  1. Amani Goulam, Sourette, Zoubs Mars, Cheikh Mc 5:19

Dans un sinistre beau pays comme le nôtre, où la politique est devenue cette farouche cruauté contigente, bâtie telle une vieille pyramide laquelle la base est largement mensongère et le sommet est magnifiquement ciselé d’une couronne de corruption, les quatre artistes comme les quatre étoiles et couleurs du drapeau comorien, comme les quatre îles de l’archipel, se sont réunis pour la première fois pour faire briller ce croissant de lune submergé par la noirceur de la terreur.

Ces voix crient, chantent, bercent et dénoncent. Ces voix découlent d’Anjouan, de Mayotte, de Moheli et de la Grande-Comores. Ces voix alarmantes et frissonantes sont de Goulam, de Sourette, de Zoubs Mars et de Cheikh-Mc. Ces voix en forment une; celle des Comores et véhiculent le même message; celui de la paix, de la fraternité et de l’unité nationale. Ces voix sont soigneusement mises en oeuvre par un autre grand talent comorien, le graphiste Laguer Med Elamine fondateur de Elazai sa marque de fabrique, celui qui d’une façon très parfaite a monté cette vidéo lyrique.

Houdheif Mdziani


Partager par amour

One thought on “Amani : le titre d’une morsure de détresse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.